Derniers sujets

» [Règles] Changement de formation des unités en fourageur
par riton34140 Mer 25 Juil - 13:35

» vend ou echange anglais napo
par draco yerrev Ven 20 Juil - 17:16

» Annonce Big Day II : le 29-30 Septembre 2018 à Gif sur Yvette
par Urial Mar 17 Juil - 18:25

» Présentation de Pascal .
par thalantir Lun 16 Juil - 14:42

» P&S en 6mm
par riton34140 Mar 10 Juil - 12:41

» Relecture de la VF
par Durgrim l'ancien Mar 10 Juil - 7:45

» [BP] Fontenoy 1745
par thalantir Dim 8 Juil - 16:38

» P&K vf
par riton34140 Jeu 28 Juin - 18:54

» présentation Cbauguste
par Philippe Mar 26 Juin - 13:23


    [BP] Bataille de Reichenberg 1757

    Partagez

    [BP] Bataille de Reichenberg 1757

    Message par thalantir le Sam 16 Juin - 9:54

    Black Powder ce vendredi au club. Nous reprenions notre cycle « Guerre de Sept Ans » et nous étions restés sur une victoire (contre le cours de l’histoire) autrichienne à Lobositz chez moi.

    Cette fois nous attaquons la petite bataille de Reichenberg au club et je repassais du côté prussien pour combattre mon ancien équipier à Lobositz, Tharaniel. Nous avons opté pour un déploiement historique. Les autrichiens étaient moins nombreux mais retranché derrière une série de redoutes située sur une colline centrale et sur les bois à droite. Une de ses brigades était en réserve et surgirait à partir du tour 3 depuis les bois sur ma droite (mais dans la moitié de table autrichienne).

    Pour ma part ma réflexion était assez rapide sur la tactique. J’avais deux options. La première consistait à profiter de ma puissance de feu supérieure pour canarder les autrichiens dans leurs redoutes. Cela posait deux problèmes : le premier c’est que je n’avais pas la place pour faire jouer mon nombre d’unités plus important et donc maximiser mon feu, tandis que lui disposait de plus d’artillerie, le second était qu’avec le malus au toucher et le bonus en sauvegarde des redoutes il risquait de sauver la plupart des touches sans compter les risques de ralliement pour enlever des blessures…. Par ailleurs je savais qu'il me fallait craindre ses redoutables tirailleurs croates.

    J’optais donc pour la seconde option, pas très subtile : l’assaut brutal. J’avais le premier tour et j’utilisais donc mon général en chef pour ordonner une charge générale à la baïonnette contre la colline. Ca foira globalement. En effet seule une unité de grenadiers de la division de gauche (régiment Alt Billerbeck) parvint en haut de la colline et engagea l’ennemi sans pour autant remporter la victoire. Mes hussards qui eux étaient bien placés pour charger la batterie autrichienne de gauche n’obtinrent qu’un mouvement ce qui laissait le temps aux canons de se réorienter. Enfin mes assaut à gauche et à droite de la colline échouèrent également. Heureusement mon tir fut un peu meilleur puisque l’un des canons de gauche fut anéanti par les salves de mon infanterie.



    Autre soulagement Tharaniel était aussi moisi que moi en termes d’ordre puisqu’il ne parvint à bouger sa division de cavalerie et ses tirs furent globalement inefficaces y compris ceux de sa batterie centrale qui disposait pourtant de cibles faciles. Malgré tout plusieurs de mes unités prirent des dégâts par ci par là



    Après ce flottement heureusement sans conséquence, je parvenais enfin à placer mon assaut général et de furieuses mêlées s’engagèrent. Les tirs de contre-charge autrichiens firent globalement mal, mais mes troupes tinrent bon et poursuivirent leurs assauts. Les grenadiers du régiment Billerbeck remportèrent la victoire et prirent pied dans la redoute centrale. Le reste de mes troupes ne parvint pas à percer malgré la poussée de leurs soutiens et les pertes des deux côtés furent sévères. Pire encore, à droite de la colline, mon régiment de grenadiers Khalden réussi à survivre à deux salves de mitraille de la batterie qu’il prenait d’assaut….pour ne pas réussir à remporter le combat face à ces artilleurs survoltés (le  gag !). Heureusement pour moi, si mes hussards désorganisés par les tirs d’artillerie ne bougèrent pas, les fantassins à leur droite liquidèrent le canon et leur ouvrirent le passage.



    Tharaniel parvint enfin à déplacer sa cavalerie et son infanterie vers l’avant, il fit déplacer ses tirailleurs croates en bord de forêt et ouvrit le feu sur mes dragons qu’il blessa sévèrement. Au centre toutes ses troupes étaient engagées et il ne pouvait qu’espérer qu’elles résistent… ce qu’elles firent (elles étaient à 1 contre 3 quand même).



    Sentant la menace d’être écrasé sur le flanc droit avant d’en avoir fini au centre et à gauche, je tentais de replacer ma division. Là ce fut le drame, mon unité de dragons déjà bien amoché interpréta mal l’ordre de leur général qui se transforma en bourde catastrophique (double 6 suivi d’un 1 sur la table !) qui me fit perdre un PV et sortir de la table. Je perdais du coup l’unité (car ébranlée) et le commandant qui fut emporté avec elle ! Aie. Je rabattais tout de même le reste de ma cavalerie vers le centre et ouvrait le feu contre les grenadiers ennemis avec mon artillerie et l’infanterie du régiment Prinz Von Preussen (on va l'appeler PvP) les désorganisant avec pertes. Au centre mes troupes commençaient doucement à prendre l’ascendant grâce au poids du nombre, puisque je prenais une redoute supplémentaire et que je finissais par détruire l’artillerie de Thara. L’infanterie autrichienne du général Lacy repliait en désordre de l’autre côté de la colline.



    Thara envoya ses cuirassiers pour tenter de contre charger mes troupes au centre au prochain tour. Ses hussards chargèrent eux immédiatement mon infanterie au centre sur la colline mais ne parvint pas à la dérouter. Sur la droite, ses croates et une infanterie placée en tirailleurs se placèrent en enfilade et leur feu combiné à celui des dragons secoua mon second bataillon du régiment PvP qui tint cependant bon.



    Thara avait avancé ses tirailleurs et mes dragons, virent une bonne opportunité et les chargèrent. Ils parvinrent à passer le tir de contre-charge sans trop de casse (1 blessure) secouant et faisant replier l’infanterie en tirailleurs puis détruisant en percée les croates. Dans le même temps mon infanterie et la batterie de canon secouait les grenadiers et c’est toute la division Goldy qui partait dès lors en déroute. Au centre nous remportions le dernier combat contre les hussards grâce au poids du nombre et la division de Lacy dérouta également.

    Avec deux divisions emportées (sur 3 nécessaires), j’étais proche d’une victoire totale. Néanmoins mes troupes étaient épuisées et avaient payé un lourd tribut. La division Marwitz avait 4 unités secouées sur 8 et la division Würtemberg avait perdu une unité et deux autres étaient secouées (sur 6). Bref toutes mes divisions restaient chancelantes et une contre-attaque bien menée pouvait encore me renverser.

    Thara tenta de me prendre la division Würtemberg et avança ses dragons vers l’avant pour m’arracher un dernier PV sur mon premier bataillon d’infanterie. Mais ce faisant ils subirent un tir d’opportunité d’un bataillon de la division voisine qui secoua et détruisit un de ses régiments de dragons, le second ne fit rien.
    Ma contre-attaque fini de liquider les cavaliers et je décidais prudemment de rallier un maximum de troupes au centre et à gauche pour éviter le désastre d'une défaite totale sur le fil du fait d'une charge des cuirassiers autrichiens qui étaient bien placés.



    Thara décida de faire différemment. Il mis à profit ce répit pour reculer sa cavalerie, y compris les cuirassiers, derrière la division de renfort Wurben qui venait d’arriver le tour précédent. Les cuirassiers ne purent passer mais les dragons survivants oui.

    C’était mon tour 6 et il était urgent d’en finir car nous n’aurions de septième tour que sur 4+. Je tâchais de ramener un maximum de troupes vers la droite pour finir les cuirassiers qui étaient encore avancé, mais malgré de bons jets mon adversaire sauvegarda suffisamment de blessures pour éviter la déroute. Dans la foulée nous lancions pour savoir si nous aurions un septième tour… Et au grand soulagement de Tharaniel ce ne fut pas le cas !





    La nuit venait donc de tomber et le général Koenigsegg parvint à se retirer avec les restes de son armée me privant d’une victoire totale mais me laissant maître du terrain. Avec deux divisions ennemies détruites et aucune des miennes ce fut tout de même une victoire mineure mais incontestable.

    Les Ordres de Bataille :



      La date/heure actuelle est Mar 14 Aoû - 23:30